mercredi 25 novembre 2009

Croire à nouveau en l'avenir?

J'ai survécu à la Grippe A. Je suis un héros. J'attends un appel du Président Nicolas Sarkozy dans les minutes qui suivent. Je sauterai dans un Eurostar dès que possible pour recevoir la décoration qui m'est due.

Ce n'est toujours pas la grande forme mais je suis débarrassé des symptômes les plus encombrants et surtout satisfait de ne pas avoir diffusé mes germes avec ma petite famille.

J'ai évidemment beaucoup de retard dans mes lectures de blogs. J'ai toutefois lu en transversal ce qui s'était dit en mon absence. J'ai parcouru la presse sur Internet.

Rien. Rien d'intéressant.
Ou plutôt rien qui ne soit sujet à redonner du baume au coeur.

La France régresse toujours plus. Elle s'abêtit. Elle promeut des valeurs inacceptables comme "la fin justifie les moyens".

Elle se communautarise à vitesse "grand V". Il n'y a guère que quelques journaux pour constater l'évidence. Le problème sous-jacent de la communautarisation, en contradiction frontale avec notre héritage républicain, est la mise en exergue des différences et leur rejet par un partie de la population.
Le catholique que je suis est attristé de voir l'aisance avec laquelle l'être humain se crispera sur telle ou telle dissemblance au lieu d'embrasser ce qui nous rassemble.

Religion, milieu social, couleur de peau, groupe ethnique, etc. Toute subdivision est bonne à prendre pour ceux-là.

Lorsque le monde tend à se diviser entre musulmans et non-musulmans, on en oublierait presque que même chez les chrétiens, il existe encore une rancune tenace entre protestants et catholiques surtout du côté de nos amis irlandais. Parmi les catholiques, les intégristes s'opposent aux modérés. Les écoles divergent. Et aujourd'hui, les églises sectaristes pullulent notamment en Amérique du Sud.

C'est une démarche qu'il faut condamner. Il y aura toujours quelque chose chez son voisin qui sera différent. Un attribut physique, un passé, la taille du compte en banque, un mariage. Tout est sujet à provoquer l'envie et la colère.

Or, au lieu de rassembler, Nicolas Sarkozy divise. Il oppose les Français les uns aux autres.
Les grandes fortunes et la France d'en-bas, la France des banlieues et celle des beaux quartiers, ceux qui répondent à des conditions restreintes d'identité nationale et les autres, etc.

Un discours répressif
qui n'a même pas le courage d'y mettre des ressources à son service et n'a pour seule caractéristique que d'attiser les différences.
Condamner sans chercher à prévenir, c'est chaque jour creuser un fossé de l'exclusion toujours plus large dans lequel les Français tomberont de plus en plus nombreux. Car ne vous méprenez pas, chacun d'entre vous, surtout s'il est plus misérable que puissant, finira par tomber dans ce fossé.

Que répondre à cela?

Une répression juste, stricte mais qui soit servie par une justice humaine, c'est-à-dire qui ait le temps et les moyens de juger sereinement.
Parallèlement, il convient de mener une réflexion globale sur ce qui divise les Français et chercher à en tarir la source.

Mais il est sûr que l'un des premiers maux à traiter sera cette forme d'aristocratie de l'argent, vecteur d'inégalités croissantes, que d'aucun pensent à tort pouvoir un jour rejoindre légitimement.

Sauf qu'il ne s'agit nullement d'une méritocratie et que l'argent ne devrait pas être le seul étalon du Bonheur.

J'aimerais pouvoir un jour me dire que mes enfants, s'ils retournent en France, ne devront pas jouer le jeu du népotisme pour s'émanciper ni n'avoir comme seule perspective d'avenir l'enrichissement matériel.

Mais pour cela, il faudrait que les Français se décident à voter intelligemment...

Je sais, je suis amer.

9 commentaires:

  1. Tu frappes fort, pour un convalescent...

    RépondreSupprimer
  2. Nicolas,

    Merci !

    Luciolebrune,

    Entre deux maux de tête, j'arrive à entrevoir une pensée... :D

    RépondreSupprimer
  3. Comment un croyant ne peut-il voir que le côté négatif des choses ? Il ya beaucoup de gens qui luttent contre les régressions, beaucoup qui s'insurgent, comme toi, contre le mensonge érigé en voix officielle, contre tout ce que tu dénonces. Nous le savons, qu'une propagande bien menée peut raviver des démons qui sommeillent en tout homme et le transformer en bête. Mais nous croyons justement à lumière, parce que cette foi est contagieuse elle-aussi, et qu'elle est capable de ranimer la fraternité humaine. Ne désespérez jamais ! N'ayez pas peur ! Les puissants d'aujourd'hui ne sont que des hommes comme nous, et leur puissance peut se dégonfler très vite.

    RépondreSupprimer
  4. Chacarotte,

    Je ne vois nullement que le côté négatif mais lorsque l'on constate la pente dans laquelle la France s'est engouffrée depuis plus de 30 ans et que rien ne change à l'affaire, il y a de quoi désespérer que l'on ne puisse voir la situation s'améliorer dans cette vie !

    RépondreSupprimer
  5. Bon, t'es certain que c'était la A ? tu as fait le test ??? là aussi on gobe tout ... qui peut dire laquelle progresse alors que les tests ne sont pas faits (80 € non remboursés) !!!

    RépondreSupprimer
  6. Mirabelle,

    Comme je l'ai indiqué en commentaire de mon précédent billet, à défaut de test, il n'y a pas moyen de savoir effectivement si dans mon cas il s'agit d'une Grippe A ou non mais étant donnés les symptômes inhabituels auxquels j'ai eu droit (difficultés respiratoires, gorge en feu, etc...) et le moment où cela s'est produit (je n'ai jamais eu la grippe un mois de novembre), il y a une probabilité importante qu'il s'agisse de la grippe A.

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas Baverez, sort de ce corps!
    P'tain Nemo, j'ai du replonger dans les profodneurs de mon blog:
    http://vonric.blogexpat.com/blog/reflexion/2006/04/23/l-herbe-est-toujours-plus-verte-ailleurs

    RépondreSupprimer
  8. Vonric,

    Je me rappelle avoir déjà lu ce billet mais je ne vois pas en quoi je pourrais être comparé à ce déclinologue...car si je constate moi aussi un déclin, je n'y attribue pas du tout les mêmes raisons.
    Nicolas Baverez estime que c'est à cause du maintien du modèle français, j'estime au contraire que c'est à cause de son abandon total et son absence de renouvellement...

    RépondreSupprimer

Merci de vous identifier ou au moins de signer votre commentaire d'un pseudonyme.

 
blog d'expatrié