lundi 7 décembre 2009

Ces Gitans que je ne comprends pas

*** Attention ! Billet ultra polémique écrit sous le coup de l'émotion ***

On peut être animé des meilleures intentions du monde, vouloir l'égalité pour tous, promouvoir des valeurs universelles transcendant la couleur de peau, l'origine ethnique ou le sexe, il est parfois des moments où il est difficile de comprendre.

Je sais que l'émotion n'est pas propice à faire montre de clairvoyance et de lucidité raisonnable.
Aussi, une atroce nouvelle aura-t-elle eu raison de la quiétude qu'il me faut garder pour penser.
Mais là, j'ai du mal...beaucoup de mal...

Ma mère vient de m'apprendre qu'un de mes cousins germains - je vous précise, chers lecteurs que dans une famille portugaise comme la mienne, on en compte généralement énormément - est décédé au Portugal, vraisemblablement tué sous les coups de couteaux assénés par quelques débiteurs indélicats. Gitans, apparemment*.

Je précise que les Gitans ont aussi mauvaise réputation au Portugal qu'ils ne peuvent l'avoir en France. Déjà, l'oeil attentif aura remarqué que je n'ai pas parlé de créanciers mais de débiteurs indélicats. Et l'anecdote qui remplit habituellement les faits divers devient ici singulière.
Ces Gitans n'étaient pas des personnes envers lesquelles mon cousin était redevable d'une quelconque somme d'argent. Bien au contraire, ce sont ces mêmes personnes qui avaient emprunté auprès de mon cousin.

Cela peut paraître idiot de se focaliser sur un tel détail lorsque le crime en lui-même est déjà abominable mais cela témoigne d'une démarche ordurière, inhumaine où l'abject le dispute à l'abscons. Comment peut-on en arriver à vouloir la mort d'une personne envers laquelle vous êtes redevable? Des taux d'intérêts inacceptables? La honte d'une dette?

Le pire étant que j'ai l'intime conviction que les auteurs ne seront pas véritablement inquiétés.
Et c'est là que le bas blesse. Au risque de verser dans le lieu commun, je ne peux m'empêcher de ne pas comprendre cette communauté réputée pour héberger et protéger les siens, même les plus criminels.

Cette sensation selon laquelle les lois de la République (qu'elle soit Portugaise ou Française) ne s'appliqueraient pas au sein de ces communautés nomades est particulièrement choquante à mes yeux.

Bien évidemment, tout n'est certainement pas négatif. Il y a certainement des personnes de bonne intention comme il peut y avoir des aspects positifs à cette solidarité.

Il n'empêche qu'il m'est difficile de ne pas nourrir une crainte, une méfiance spontanée à l'égard de ces communautés des gens du voyage.

Les seules fois où j'ai eu affaire de près ou de loin avec ceux-là, c'était malheureusement pour eux, dans un cadre pénal.

Précédemment, c'était pour un cambriolage. A cette occassion, l'officier de gendarmerie m'avouait qu'en la présence des gens du voyage dans la commune, le taux d'infractions grimpe étrangement en flèche.

Aussi, vous comprendrez que lorsque je vois ces caravanes s'installer où bon leur semble au motif que "c'est leur droit". Lorsque je vois des tas d'ordures laissés à l'abandon par ces "gens du voyage" qui n'ont pas cru bon reprendre leurs déchets ou les déposer à la déchetterie la plus proche. Lorsque j'entends que des transformateurs électriques ont été forcés pour détourner l'électricité, des accès d'eau détournés. Lorsque je sais que la communauté nationale doit souffrir cette situation en silence et que malgré tout, ceux-là jugent bon de se protéger entre eux au mépris des lois du pays qui les accueille temporairement ou non.

Je m'insurge et je ne comprends pas.

PS: En attendant, je vais essayer de me rattacher à Esmeralda et aux Gipsy King pour me forcer à voir quelque chose de positif...

* Quelques précisions: bien évidemment, les informations sont relayées telles quelles avec le lot d'incertitudes que cela comporte. La scène ayant eu lieu devant témoins, on peut cependant y accorder quelque crédit.

18 commentaires:

  1. D'abord : mes condoléances et tout ça.

    Ensuite, je ne sais pas quoi commenter mais c'est bizarre, couple que j'évoque dans mon billet de ce matin a vécu avec des gitans pendant des années (ce qui explique...).

    RépondreSupprimer
  2. Je comprends ta colère, et je compatis tout en te présentant de biens sincères et amicales condoléances. Car au délà de l'histoire, et des questions que tu poses fort légitimement (l'élu local que je suis un peu a eu à se la poser il y a quelques temps, aussi à cause d'évènements qui font que...), c'est bien d'un drame personnel dont tu parles, et c'est ça le plus important.

    Maintenant, sur le fond du sujet que tu traites, la loi doit s'appliquer pour tout le monde. Bien sur aussi la présomption de l'innocence (certains aiment à les prendre en bouc émissaire, et à commettre des larcins dès présence d'un campement à proximité : expérience locale aussi...). Mais surtout cette loi de la République qui laisse à mon gout trop souvent la porte ouverte à des "petits délits" qui emmerdent tout le monde, mais sont impunis. Trop dur à traiter...

    Je dis ça, là tu parles d'un meurtre... Ca n'a rien à voir...

    Bon courage copain. Bon courage...

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas,

    Merci. Je sais que je sombre allègrement dans la généralisation mais j'assume. Autant, je veux bien leur reconnaître le droit que l'on applique la loi en leur faveur (terrains obligatoires pour accueillir les gens du voyage) autant il faut qu'il en soit de même dans l'autre sens.

    Mon Faucon,
    Comme tu dis, ces petits délits, et parfois des plus grands qui restent impunis...ça vaut pour tous cette fois-ci...les résultats d'une politique pénale à bas prix.

    RépondreSupprimer
  4. Nemo,

    Je n'avais pas commenté le fond ! Je notais juste avec "amusement" que pour des raisons personnelles, nous parlons tous les deux de "gitans" le même jour.

    RépondreSupprimer
  5. Nicolas,

    Pas de soucis. Au passage, très beau billet que le tien.

    RépondreSupprimer
  6. "en la présence des gens du voyage dans la commune, le taux d'infractions grimpe étrangement en flèche."

    ça, c'est un phénomène très connu depuis longtemps. Quand les roulottes arrivaient au village, aussitôt les chevaux dételés, les larcins commençaient. Tout le monde se défoulait, comme au carnaval ! Trente lapins qui disparaissaient, et deux cabris, pour une seule famille, à croire qu'ils n'avaient pas mangé depuis qu'ils étaient partis de l'Inde, quatre siècles auparavant...

    Avez-vous vu l'excellent film "Khamsa", tourné dans le camp de voyageurs de Marseille ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c koi tes propos de raciste?!!!!!

      Supprimer
  7. Pas trop d'étonnement de ma part : c'est juste un des effets négatifs du communitarisme.
    Le cousin du cousin du cousin (bizarrement, on ne parle pas de la cousine... pourquoi donc ? ) est forcément à protéger!!!.
    Existe depuis le monde est monde, mais ça n'empêche pas que je suis désolée pour toi.
    Dédié à tous ceux qui font de l'angélisme systématique : un assassin est un assasin, point à la ligne.
    Celà dit, ce ne sont peut-être pas des gitans....et tous les gitans ne sont pas des assassins...
    Estelle92

    RépondreSupprimer
  8. Je précise (mon commentaire n'est pas très clair) que si tant de larcins étaient effectués, c'est que beaucoup de gens du village s'y mettaient aussi, en toute impunité, puis qu'on allait accuser les nomades...

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne,

    Non, je n'ai jamais vu Khamsa mais je le note dans ma liste de films à voir.
    Sinon, je n'ignore pas l'effet pervers selon lequel les gens du village profite de l'aubaine pour mettre tout cela sur le dos des gitans.
    Mais cela reste un effet pervers, il y a bien une source à son origine...

    Estelle92,
    Je suis entièrement d'accord.

    RépondreSupprimer
  10. Une fois de plus, l'excellente Suzanne est intervenue avant moi ! (M'énerve, celle-là, par moment...)

    Bref : toute personne connaissant un ou plusieurs gendarmes œuvrant dans nos campagne, sait depuis toujours que l'arrivée des Romanos (oups ! pardon : les "gens du voyage"...) entraîne mécaniquement et obligatoirement une hausse des cambriolages, vols de voitures, etc. Tout gendarme sait cela après six mois d'exercice de ses fonctions.

    Ils savent aussi, comme tout artisan de ce pays, qu'il ne faut JAMAIS traité avec ces Gitans, sauf à se faire payer en liquide et D'ABORD. Sinon...

    Et, pour finir, ils savent aussi qu'il ne faut pas le dire, sauf à des gens de confiance, sous peine de passer pour des nazis exterminateurs.

    Voilà.

    RépondreSupprimer
  11. "attention billet ultra...écrit sous..." On le voit bien mais ça m'intéresserait qu'il soit écrit à froid

    RépondreSupprimer
  12. Didier,

    Je ne veux pas non plus virer réac' mais il n'est tout de même pas normal que rien ne se passe !

    Le Crapaud,

    Je ne compte pas en refaire un autre. Il est certain que si je devais le faire, j'y mettrais certainement plus de formes, de précautions...

    RépondreSupprimer
  13. Ce n'est peut-être pas normal, mais c'est de règle. Vous savez, personne, pas même les gendarmes, n'a envie de passer pour un suppôt de Himmler...

    RépondreSupprimer
  14. Didier,

    Je pense plutôt qu'il s'agit d'un arbitrage entre le trouble à l'ordre public provoqué par une intervention policière en leur sein au regard du trouble initial...
    Personnellement, j'estime que c'est encourager la communautarisation que de poser la question en ce sens...

    RépondreSupprimer
  15. c'est encore plus mesquin et mechant de ta part d'ecrire ton article comme ca, de peur d'etre jugé de rasciste donc tu comptait faire ca tout en douceur, mais ca ne marche pas malheuresement, on peut dire tout a fait gentillement et dans les regles que l'on aime pas les gitan mais tant qu'on le dit on mets tout de suite tt un peuple dans ce mots, ca aurait été un arabe ou noir, aurait tu écris les noirs on poignardé? nan, tu aurait écrit mr untel et pas mis tte la communauté arabe ou noire avec. Les gitans se retournent contre les "gadges" qui les ont depuis tant d'années rabaissés, humiliés, ah, j'oubliais, tués dans les camps nazis, et ils faudrait quoi? toujours regardé béte partout, méme les honnetes, car oui ca existe!! tabasser par 6 mecs sur 1 car oui si les paysans peuvent en attraper un et le frapper ils le font! alors non, plus de pitié, jamais.

    RépondreSupprimer
  16. ah, j'oubliais, si tu as quelque chose à dire à un gitan gitane et NON pas romano, car pour généraliser, vous étes vraiment les 1er!!il y a les manouches, les gitans espagnols, les hongrois, et les roumains et oui pas trés bien renseignés les ptits francais propres sur eux!, dit le en face et pas par un ordi ou tu sais trés bien que tout le monde va approuver ce que tu écris, donc va trouver un gitan et dit le lui, si biensur, tu en a le courage, car vous entendez ce mot, c'est tout de suite sauvage qui vous vient à l'esprit!!

    RépondreSupprimer
  17. tu ecrit sur la communaute gitanne;avec haine et un grand racisme!! meme si tu veu le cacher ,en toi deborde un grand mepris pour cette comuneautes;toi tu est francais?. il y ya aussi des tueur;des voleur,des violeur et je ne sai quoi dautre, et ce nest pas pour autant ke toi tu en fais parti?.il nest pas bon de sexprimer par de tel propos;tu contribue a la conn... humine.

    RépondreSupprimer

Merci de vous identifier ou au moins de signer votre commentaire d'un pseudonyme.

 
blog d'expatrié